Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le sens de l'humeur
  • : Un blog qui parle de culture, de vie, de ce qui plait, de ce qui choque. Bref, c'est un blog d'humeur...
  • Contact

Vous avez remarqué ?

Que vous pouvez être prévenus de mes niaiseries par e-mail ? Il suffit de remplir votre adresse e-mail dans la fenêtre ci-dessous et hop !

Que c'est beau la technologie...

Recherche

11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 14:59

A quoi sert le "i" de "oignon" ? 
Pourquoi y a-t-il une différence entre un cuissot de chevreuil et un cuisseau de veau?
Saviez-vous qu'on peut maintenant parler des z'Hollandais qui taillent leurs z'haies et mangent des z'haricots?

Le Parlement de la Communauté Française de Belgique envisage, à pas de loup, de lancer une nouvelle réforme de l'orthographe. But annoncé: réduire la fracture orthographique, qui est une porte cochère de la fracture sociale. Il s'agit d'augmenter l'accessibilité à l'enseignement et d'amener la démocratisation de l'école sans se contenter de gonfler artficiellement le nombre d'enfants qui y ont accès. Les parlementaires ont appelé ça "prendre le mal à la racine".

Lequel Racine doit sans doute déjà se retourner dans sa tombe... Personne n'a, semble-t-il, levé l'objection de la trace historique que représente l'orthographe dans la langue et, partant, dans la culture. Dis-moi comment tu écris, je te dirai d'où tu viens...

Mais pour réduire une fracture sociale, on crée une fracture culturelle.
On nous assure que "la langue classique existera en parallèle". Où? Dans les universités, les "hautes sphères", là où tout le monde n'a pas accès. Les autres, les laissés-pour-compte, les "sans-stylos" écriront en langage sms, s'ils écrivent encore.
Le nivellement par le bas a encore frappé.

Dans une recherche sans cesse recommencée de résultats spectaculaires, identifiables et (auto-)attribuables, les parlementaires se rattachent une fois de plus à des solutions immédiates et boîteuses, sans s'attaquer, quoiqu'ils en disent, au fond du problème: la revalorisation de l'enseignement au sein des consciences collectives. Oui, l'orthographe est enseignable au même titre que l'algèbre et la géographie. Oui, son apprentissage nécessite un effort de la part de l'élève et une volonté farouche d'obtenir des résultats de la part de l'enseignant.
Non, ce n'est en aucun cas une malédiction à laquelle échappent quelques bienheureux prédestinés.
Et ce n'est certainement pas en donnant l'illusion que la difficulté est supprimée qu'on améliorera l'avenir des élèves en difficulté.

Au mieux, on améliorera leur présent. Vous avez dit "immédiat"?

On pourra par ailleurs se poser la question des conséquences pour la langue elle-même.

Sans blague? "Ognon" parce que personne ne sait vraiment plus d'où vient ce "i"? Et le "gn" alors? Allez, "Onyon". Et on n'en parle plus...
On pourrait aussi supprimer l'accent circonflexe. De toute façon, on ne sait jamais où le placer... Et tant qu'à faire, supprimer tous les accents, toutes les lettres inutiles (ces "h" en début de mot, ces "cécédille", etc.), celles qui provoquent les fautes d'orthographe, et j'en passe...
Je connais des amateurs de Scrabble® qui vont rigoler!

Plagiant donc Desproges en un sanglot, on pourrait donc dire "réjouissons-nous, nous vivons une époque formidable où nous avons résolu tous les vrais problèmes de l'humanité en écrivant un chat un chas".

Mais de la part d'un pays qui a institutionnalisé des mots comme "Bozar" et "Cinématek", on ne doit plus s'étonner de rien...

Bon, allez, puisque vous avez lu jusqu'ici, je vous file l'adresse d'un site qui propose quatre dictées quotidiennes (les quatre boutons en haut à gauche). Copiez-collez, corriger les fautes et puis obtenez la correction.
Quelques minutes par jour pour se faire fonctionner le cortex, ça ne peut faire de mal à personne. http://www.pause.pquebec.com/dictee.php

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
La révolusion de l'ortograf è déja començé é èl se propaje rapidemen! -> www.ortograf.net
Répondre
T
toma, nou some d'akor... com souvan!<br /> Mais tu avais mis le pied sur un point sensible avec moi... Je me souvient entre autre de ma grand mère me faisant une dictée à répétition... Ce qui la rendait folle de rage c'est qu'à chaque dictée je changeais de fautes et que je restais incapable de corriger aucune de mes versions parce que je ne voyait même pas les coquilles!
Répondre
T
<br /> Mon grand-père me faisait une dictée par jour quand il était en Belgique. J'en garde un bon souvenir. Faut dire que j'étais bon...<br /> Mais par contre, il s'est arraché les cheveux quand on est passés aux factorisations et autres barbarismes mathématiques.<br /> <br /> Comme quoi...<br /> <br /> <br />
T
Certes Thomes, c'est une nécessite sociale. Mais je la trouve débile. <br /> Ecrire sans faute permet d'être, un bon instituteur, un bon prof de français et ce doit être à peu près tout! Pour le reste mon oeil. <br /> On est pas meilleur ingénieur, médecin, balayeur de rue, ministre, boucher,... si on écrit sans fautes que si on en fait!<br /> <br /> C'est un sujet sensible pour moi... J'aime pas les cons qui ne lisent pas un texte jusqu'au bout car ils y trouve des fautes. Ca me rappelle les cartes postales que j'envoyais étant gamin à des membres de me familles. Jamais je n'ai eu un "merci pour ta carte" mais toujours des commentaires sur le nombres de fautes que j'avais fait (quand on ne me la faisait pas recopier 10*!)! J'en ai gardé de vrais complexes sur l'écrit que je n'ai plus ou moins vaincu qu'assez récemment. <br /> <br /> TTT
Répondre
T
<br /> <br /> Je n'oblige personne et surtout, je ne juge personne.<br /> J'ai toujours aimé la langue française comme elle est et c'est vrai que je préfère lire un texte sans faute.<br /> Il y en a qui s'ébahissent devant la beauté esthétique d'une plantation de canne à sucre au Gabon. Moi ce serait plutôt les phrases bien écrites et le plaisir du défi. Mon onanisme<br /> intellectuel en quelque sorte... :o)<br /> J'aime aussi cette diversité qui fait que tout le monde ne pense pas la même chose et n'a pas les mêmes centres d'intérêt.<br /> <br /> <br /> <br />
T
Tu remarqueras que je n'ai pas parlé d'intelligence.<br /> Mais il se fait simplement que l'orthographe est aujourd'hui une nécessité sociale: un recruteur qui lit trois fautes d'orthographe ne va généralement pas plus loin dans la lettre.<br /> D'autre part, je m'intéresse plus à la revalorisation de l'enseignement qu'à ses résultats.<br /> <br /> En matière d'intégrale, je n'ai jamais réussi àme farcir que celles de Brel, Brassens, Gainsbourg et Nougaro...
Répondre
T
On va arriver au stade où, moi, qui n'ai JAMAIS dépassé le 0/10 en dictée et qui ai toujours béni les pédagogues de ne pas avoir inventé à leurs sujets les points négatifs vais devenir un défenseur d'une certaine orthographe...<br /> <br /> Je pense qu'il faut éviter les excès dans les deux sens. Supprimer l'orthographe est au moins aussi con que de juger quelqu'un sur sa capacité à écrire sans fautes (et je sais de quoi je parle), pour moi c'est un peu comme si on jugeait sur la capacité à résoudre une intégrale en math. Ce n'est pas loin de là une preuve d'intelligence d'écrire sans faute et c'est peut être encore moins une preuve de bêtise que d'en faire!!!<br /> <br /> <br /> TTT <br /> <br /> Ce message, issu de l'agriculture biologique, a été rédigé avec des électrons recyclés. En conséquence, il est possible que des fautes d'orthographes s'y soient malencontreusement glissées.
Répondre