Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le sens de l'humeur
  • : Un blog qui parle de culture, de vie, de ce qui plait, de ce qui choque. Bref, c'est un blog d'humeur...
  • Contact

Vous avez remarqué ?

Que vous pouvez être prévenus de mes niaiseries par e-mail ? Il suffit de remplir votre adresse e-mail dans la fenêtre ci-dessous et hop !

Que c'est beau la technologie...

Recherche

11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 10:44

"La pensée unique ne doit jamais se soumettre, ni à la raison, ni au pluralisme, ni à la plus élémentaire tolérance. Parce qu’il ne faudrait tout de même pas qu’elle puisse cesser d’être, nom de nom !!"

Que Poincarré me pardonne cette dérivation scandaleuse de sa jolie phrase (qui ornait le mur de la chambre où je dormais chez mes grands-parents), mais j’ai récemment assisté à un échange – que dis-je, une joute ! - e-pistolaire entre quelques porte-ton-dard des valeurs d’une certaine institution universitaire bruxelloise que je fréquentai jadis, tant pour la fraîcheur de ses blondes (les filles) que pour la tiédeur de ses brunes (les bières).

Et comme tous les représentants de cette étrange espèce, ils sont persuadés d’être les seuls détenteurs de la vérité. Ca commence bien, en matière de pluralisme…

 


Petit test : prenez un étudiant ULBiste de base, de préférence affublé d’une penne, mais on peut s’en passer. On peut aussi recruter dans les cercles politiques, c’est encore plus drôle. Demandez-lui une définition du Libre-Examen (de préférence dans un train, un tram ou un bus, afin que le bourgeois qui assiste à la conversation depuis la banquette d’en face puisse y aller de son commentaire paternaliste et d’autant plus à l’emporte-pièce qu’il n’était pas sollicité*). A présent, régalez-vous en entendant le bleu vous réciter, le torse fier et l’œil bombé que « le Libre-Examen postule en toute matière le rejet du dogme et de toute vérité révélée et euh… après je sais plus par cœur tu vois, mais en gros c’est ça… »

 

Amen. Ite, missa est. Va en paix, mon frère qui sortis d’Egypte. Le veau d’or est toujours debout et le serpent du dogme s’est mordu la queue.

 

Cette phrase, la première de l’article 1 des statuts de l’Université Lîîîîîîîbre de Bruxelles, aurait pu – aurait dû – être gravée sur le fronton du temple.

 

Ayant été moi-même ce bleu (tardif), ce bourgeois (précoce) et ce testeur d’endoctrinement, j’ai accompli le cycle, je fus chrysalide et je suis René le phénix. Mais j’aimerais ne pas être un moraliste, forçant la foule qui me lit, la larme à l’œil et la bouche sèche, à avaler une autre définition, tout aussi artificielle et figée dans l’imperfection sémantique qui est le propre de l’Humain : les mots.

Non, n’insistez pas, pauvres papillons de nuits piégés par mon ampoule ! Arrière, femme impudique ! Couvre ce sein, certes opulent, mais qui ne me détournera pas de mon droit chemin, sur lequel, moi aussi, je marche seul.

 

Revenons-en à nos… moutons.

L'histoire est simple: le chœur de l'ULB (dont je fis partie) chante des morceaux de musique classique (Mozart, Mendelsohn, Offenbach, Britney Sp... non, j'déconne) et aussi des chants yiddish et des gospels. Il s'est trouvé une personne pour contester, de manière assez virulente, cette dernière partie du répertoire, en raison de son message quelque peu orienté "chrétien". "Mensonges de vendeurs de paradis" et autres agressions verbales teintées, comme souvent, d'ignorance et de certitudes.

Qu'on affirme ou non ses croyances et ses convictions personnelles, c'est l'affaire de chacun.
Par contre, j'ai un peu de mal avec les gens qui dirigent leur colère vers l'innocent. C'est bizarre comme ceux qui crient le plus fort "A bas la calotte" sont souvent les plus circoncis du bulbe.
J'ai vraiment un gros problème avec les despotes. "Changez le répertoire, je ne l'aime pas". J'ai tendance à répondre "Si tu n'aimes pas, change de crèmerie". Il y a des tas de gens qui ne me manquent pas: tous ceux avec qui je n'ai pas d'atome crochu. Et croyez-moi, il y en a des pelletées !

Mais ce pathétique épisode d'égocentrisme forcené a éveillé en moi une réflexion, que je vous fais partager avec grand plaisir: qu'il soit libre-penseur, fondamentaliste musulman, catholique, juif, adventiste du 13e jour ou rose avec des étoiles vertes, un ayatollah reste un ayatollah.
_____________
*Je vous jure que c'est du vécu

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
J'ai vraiment bien aimé ta mauvaise humeur.<br /> Je ne sais d'où tu tiens ce sens aigu du bon calembourg(eois).<br /> Point Carré te pardonneras de l'avoir écrit avec 2R
Répondre